Accueil
 
Nouveauté
 
Epilation durable
 
Les Massages
 
Anti-Cellulite
 
Les photos
 
Goodies
 
Plan d'accès
 
Tarifs
 
Contact
 
Bons cadeaux
 
En savoir plus
En savoir plus...


 

Article de l'écho du pas de calais (cliquer pour lire)

 

Article paru dans l'Indépendant du Pas de Calais du 9/11/2007

Un moment de détente idéal à Saint-Omer

Franck Normand réalise son rêve de gosse

Idéal Détente. Un nom bien trouvé pour un lieu où le stress n'a pas sa place et où seuls dominent le bien-être et la relaxation. Le symbole, aussi, de l'aboutissement d'un rêve, après un parcours difficile et des obstacles à surmonter les uns après les autres.

Ce rêve, c'est celui de Franck Normand, Blendecquois de 41 ans, laborantin en papeterie pendant vingt ans chez Norampac, après trois ans au même poste chez Cascades. Né dans une famille de huit enfants, Franck Normand n'a pas pu faire d'études. A 16 ans, il entre dans la vie active et passe un CAP papetier en alternance chez Cascades. Mais son rêve de gosse à lui, ça aurait été d'être kiné.

Alors à 40 ans, même si son boulot de laborantin lui plait, il se sent des envies de changement. 'Je n'avais plus de possibilité d'évoluer et travailler en poste me pesait de plus en plus. J'avais envie de faire autre chose'. L'idée d'un centre de bien-être germe alors dans son esprit. 'J'adore masser depuis toujours. C'est finalement ma femme qui m'a proposé de me lancer là-dedans'. On est alors au début de l'année 2006. Franck Normand fait des recherches sur internet et se rend également au Fongecif (fonds de gestion du congé individuel de formation), un organisme qui finance des formations 'ouvertes à toutes les personnes issues du privé qui veulent se reconvertir'.

Première étape : faire une demande à son employeur, Norampac, qui lui accorde immédiatement sa formation. Franck Normand doit ensuite présenter son dossier au Fongecif, pour passer en commission. Franck Normand veut suivre une formation à Malo-les-Bains, dans un centre où il pourra apprendre les massages, les soins du corps mais aussi la gestion. Mauvaise nouvelle : 'Mon dossier a été refusé deux fois, parce que cette formation n'est pas diplômante.' Déterminé, Franck Normand sollicite un entretien avec le directeur du Fongecif, et lui explique qu'il n'y aucune formation diplômante dans le domaine qui est le sien… à part celle de kiné. 'Mais je n'ai même pas le bac, je ne pouvais pas reprendre de telles études !'

Un peu découragé par ces refus, Franck Normand cherche d'autres solutions et fait alors une demande de DIF (droit individuel de formation) à son employeur, qui l'accepte. 'J'ai alors fait une formation de massage aux pierres chaudes, à Paris, en mai 2006.' En juin de la même année, toujours à Paris, Franck Normand finance lui-même une autre formation, de massage californien cette fois. 'Avec la formation et le logement, ça m'a coûté environ 700 euros.'

Aventure en famille

Et le dernier jour de ce stage, il reçoit un appel téléphonique : le directeur du Fongecif en personne lui annonce que son dossier a été accepté. Franck Normand part alors quatre mois à Malo-les-Bains, de septembre à décembre, pour parachever ses connaissances. Il touche enfin son rêve du bout des doigts, mais tout n'est pas fait, loin de là.

D'un point de vue professionnel, Norampac lui accorde un congé sabbatique d'un an, renouvelable un an. 'ça me laisse deux ans pour voir si ça va.' Le revers de la médaille, c'est que Franck Normand n'a pas le statut de chômeur et n'a donc droit à aucune aide. Par ailleurs, il a le statut de profession libérale et est considéré comme artisan par l'URSSAFF, il ne peut donc bénéficier d'aucun réseau d'accompagnement à la création d'entreprise. Au final, il doit donc tout financer lui-même et souscrit un emprunt de 60.000 euros. 'La banque m'a suivi parce que j'avais déjà investi dans un peu plus de 5.000 euros de matériel, et elle a considéré ça comme un apport personnel. Heureusement.'

Ne reste plus alors qu'à retrousser ses manches. Franck Normand trouve un local, rue de l'Anguille à Saint-Omer, mais 'tout était à refaire. Pendant trois mois, tous les jours, on a fait tous les travaux, avec mes frères et des copains. C'est là qu'on voit sur qui on peut compter…'

Petit à petit, Idéal Détente prend forme : une salle d'UV, un espace hammam, sauna, jacuzzi, sans oublier la salle de massage. Tout est fin prêt et, le 9 mai dernier, Franck Normand réalise enfin son rêve : son centre de soins et de remise en forme ouvre ses portes. Six mois plus tard, tout n'est pas gagné. 'Je paie toutes mes charges, c'est déjà pas mal, mais je ne peux pas en tirer un salaire pour l'instant. Alors on vit sur celui de ma femme.' Une situation pas toujours facile, mais son épouse et sa fille de 17 ans le soutiennent dans cette aventure. 'Dès qu'elles peuvent, elles viennent me donner un coup de main pour tenir l'accueil, et ma femme s'occupe de toute la comptabilité.' Un soutien pratique, mais surtout moral.

Pour le reste, Idéal Détente se crée petit à petit une clientèle. 'Les gens reviennent, c'est bon signe.' Au départ, Franck Normand craignait qu'une clientèle principalement féminine 'ait des appréhensions du fait que ce soit un homme qui les masse.' Mais finalement, tout se passe bien. Franck Normand est même surpris de compter 'de plus en plus d'hommes' parmi les adeptes du massage qui font appel à lui. 'J'essaie d'avoir des tarifs serrés, pour qu'il n'y ait pas que les riches qui puissent venir. Ça se ressent dans la clientèle, c'est accessible à tout le monde.' Un créneau qui devrait lui permettre de s'installer durablement dans ce rêve de gosse devenu réalité.

Idéal Détente, 14 rue de Taviel (entrée rue de l'Anguille), 62500 Saint-Omer ; tél : 03 21 98 51 15 ; site internet : www.ideal-detente.com. Ouvert du lundi au vendredi, de 10h à 19h, et le samedi, de 10h à 18h.

Article et photo: Annie Bordelais

© 2014